Comment installer un tableau électrique ?

proDispo » Comment installer un tableau électrique ?

L’ancien tableau de répartition possédant des ponts de câbles de même section servant de relais entre ses différents circuits, a laissé la place au tableau électrique précâblé. Ce dernier possède des peignes qui sont des barrettes de cuivre couvertes par des caches en plastique. Voici comment faire pour installer un tableau électrique.

Munissez-vous de tous les matériels requis pour l’installation d’un tableau électrique

Vous aurez besoin :

  • De crayon ;
  • De niveau à bulle,
  • De tournevis cruciforme, droit et à lame isolée ;
  • De pinces coupantes et à dénuder ;
  • D’un couteau d’électricien ;
  • D’une perceuse à percussion et
  • D’un marteau.

Une fois tous les matériels nécessaires obtenus, vous pouvez vous lancer dans l’installation de votre tableau électrique. Suivez scrupuleusement dans l’ordre les étapes suivantes.

1-  La pose du tableau à installer sur le mur

Commencez par ôter le couvercle du tableau. Le squelette ainsi mis à nu peut être positionné contre le mur à l’aide du niveau à bulle. Utilisez ensuite le crayon pour marquer les quatre points de fixation dudit tableau.

Aidez-vous de la perceuse pour percer les trous aux emplacements précédemment marqués au crayon. Veillez à utiliser une mèche adaptée à la nature du matériau constituant le mur.

Déposez les chevilles correspondantes dans chaque trou percé puis vissez le squelette du tableau au mur.

2-  L’alimentation des interrupteurs différentiels

Commencez par dénuder les câbles. Pour cela, aidez-vous du couteau d’électricien pour dénuder les câbles de 10 mm2 qui vont alimenter les deux interrupteurs différentiels de 40 A.30 mA.

Passez ensuite au raccordement du câble au bornier du neutre. Le câble dénudé du neutre est à brancher au bornier situé sur le gauche. Ce bornier que vous venez de brancher est ensuite relié à l’un des interrupteurs différentiels en utilisant un câble de même section.

Brancher ensuite le tout au disjoncteur. Commencez par insérer l’extrémité préalablement dénudée du câble dans le logement gauche du disjoncteur. Serrez bien fort à l’aide d’un tournevis cruciforme de gros formats. La même opération est à refaire pour le fil de phase de couleur rouge qui est à brancher au bornier de droite et à insérer dans le logement droit du disjoncteur.

L’interrupteur différentiel situé sur la barre inférieure est celui dédié aux circuits spécialisés. Il est à alimenter de la même façon en répétant les mêmes opérations à son niveau.

3-  L’alimentation des disjoncteurs divisionnaires

Des barrettes de cuivre appelées peignes assurent la liaison phase/neutre entre les interrupteurs différentiels et les disjoncteurs de protection des circuits. Ces peignes remplacent les ponts actuellement interdits par les normes de sécurité en vigueur.

Les divers circuits électriques sont raccordés aux disjoncteurs différentiels pour les protéger. L’ampérage de ces disjoncteurs change en fonction de l’appareil à alimenter si le diamètre des conducteurs varie selon cet ampérage.

Les disjoncteurs de 32 A par exemple sont utilisés pour protéger les circuits du four électrique ou d’une plaque de cuisson. Leur utilisation nécessite des conducteurs de 4 mm2 de section.

Les disjoncteurs de 20 A sont dédiés aux circuits des appareils électriques particulièrement énergivores et requièrent des conducteurs de 2,5 mm2 de section.

Les disjoncteurs de 16 A sont réservés aux circuits de prises communes utilisées le plus souvent pour l’éclairage. Ils demandent des conducteurs de 1,5 mm2 de section.

La puissance affichée détermine l’ampérage du disjoncteur requis pour les appareils de chauffage. La section du conducteur à utiliser varie suivant ce niveau de protection.

4-  Le branchement du tableau électrique à la terre

Cette étape se subdivise en deux parties :

  • La protection électrique par la terre qui consiste à insérer le fil de terre coloré en jaune et vert dans le bornier de terre. Une fois ce conducteur de protection de 10 mm2 de section introduit dans son emplacement, serrez solidement les vis.
  • La liaison des circuits à la terre qui revient à raccorder les fils de terre qui sont les conducteurs de protection des différents circuits au bornier de terre.

5 –  La liaison du tableau au disjoncteur principal

Une fois tous les modules présents reliés aux borniers, vérifiez tous les branchements que vous avez réalisés. Cette vérification porte principalement sur la solidité des serrages effectués.

Prenez ensuite le couvercle du tableau électrique et découpez-en les côtés pour qu’il s’adapte à la conformation des circuits à protéger. Utilisez une pince et un cutter pour le découpage.

Positionnez alors le couvercle sur les circuits à recouvrir et serrez-en les vis en plastique.

Branchez maintenant le tableau au réseau électrique principal. Pensez cependant à couper préalablement le disjoncteur principal avant d’ouvrir son couvercle. Introduisez alors les fils phase et neutre de 10 mm 2 de section pour alimenter le tableau de répartition déjà câblé.

Prenez les deux conducteurs et branchez celui neutre de couleur bleue sur la borne de la même couleur et faite de même avec le fil phase rouge sur l’autre borne.

Le boîtier du disjoncteur principal peut enfin être repositionné à sa place. Serrez ses vis et réarmez le disjoncteur. Réenclenchez également les interrupteurs différentiels ainsi que les disjoncteurs que vous venez de câbler. Vous pourrez profiter d’une installation électrique de qualité sur laquelle vous viendrez ensuite relier vos interrupteurs et prises électriques.

Le tableau électrique est un composant indispensable d’une installation électrique d’un local. Normalement placé à proximité du compteur et du disjoncteur, il est relié à tous les circuits dudit bâtiment.

Peu coûteux à l’achat, il est accessible pour seulement 10 à 80 euros pour un modèle nu et pour environ 60 à 400 euros pour un modèle pré-équipé. C’est son installation et sa mise en marche qui vous reviendront assez chères. Mais parfois, il est préférable de faire appel à de vrais professionnels pour un travail de qualité. Ces opérations vous coûteront dans les 2 000 euros selon que l’opération est effectuée dans le cadre d’un remplacement, d’une réhabilitation ou d’une première installation.

2020-07-18T17:02:06+02:00